« Wara » est en post production chez Highfun!

Highfun est heureux de vous retrouver pour vous annoncer que nous sommes en post production de la série franco-sénégalaise « Wara » (8×45 min), coréalisée par le Sénégalais Oumar Diack et le Franco-malien Toumani Sangaré, produite par Artharté et Keewu production et bienôt diffusée sur TV5 Monde. « Wara » en malinké (langue parlée dans toute l’Afrique de l’Ouest) signifie « les fauves ». Ce thriller se déroule dans une ville imaginaire du Sahel. L’histoire : celle d’un professeur de droit, Moutari Warra, autorisé à revenir dans sa ville natale, Tanasanga, ville fictive, à condition de ne pas faire de politique.

Le showrunner Charli Beléteau discute avec le réalisateur Oumar Diack.

« C’est un peu un “House of Cards” à l’africaine », résume Charli Beléteau, showrunner de Wara et ancien scénariste de la série française Plus belle la vie. Au côté d’Alexandre Rideau, directeur de Keewu Production, il imagine depuis quelques années déjà cette fiction racontant les dessous de la conquête du pouvoir dans les pays d’Afrique de l’Ouest. Le pitch ? Un candidat aux municipales et les péripéties autour de ses ambitions politiques, et parmi les personnages, son épouse à l’écran, jouée par l’actrice Martine Monnerville Mbaye. Moutari Warra, la cinquantaine, est un brillant professeur de droit qui exerce à l’université de Tanasanga, sa ville d’adoption. Il construit sa vie privée grâce au soutien du recteur Ganka Barry. Ils partagent la passion des courses hippiques et deviennent de proches amis. Ganka lui permet de faire la connaissance de sa future épouse Félicité avec qui il a une fille, Didjé.

79191635_2652677318157400_8625337496319819776_nÀ l’université, les meilleurs étudiants s’invitent à son cours, attirés par son charisme et sa spécialité de Droit Constitutionnel. Une relation privilégiée s’instaure avec la plus forte d’entre eux, la jeune et pétillante Aïcha Diallo. L’histoire de Moutari et Aïcha n’est pas un fleuve tranquille. Leur relation professeur-étudiante est nourrie de rapports conflictuels et générationnels. Ce magnifique projet est rendu possible par l’Agence française de développement (AFD, qui organisait le voyage de presse auquel Le Monde Afrique a participé) et la chaîne TV5 Monde, qui ont cofinancé la série à hauteur de 600 000 euros dans le cadre d’une campagne de sensibilisation pour « la participation politique des citoyens » en Afrique de l’Ouest.

1582185109« Wara » et son pendant radiophonique, le feuilleton Dianké, sont en effet le fruit d’un appel à projet lancé en 2017 par l’AFD, à la recherche de programmes « innovants ». Avec la méthode de l’« edutainment » (l’éducation par le divertissement), apparue dès les années 1960 dans des telenovelas mexicaines, l’AFD teste une nouvelle façon de promouvoir la gouvernance démocratique au Sahel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *