« Impulso » d’Emilio Belmonte en salle le 10 octobre !

Retrouvez le documentaire franco-espagnol « Impulso » d’Emilio Belmonte produit par Jour2Fête et post produit par Highfun . Ce film suit la création d’un spectacle, au théâtre national de Chaillot, à Paris, de Rocio Molina, étoile montante du flamenco et de la danse moderne en salle le 10 octobre . Rocío Molina se lance à la conquête d’espaces ou de situations improbables. Parcs, musées, places diverses, bords de rivière… autant de lieux où elle laisse s’exprimer sa créativité le temps d’un impulso, instant chorégraphique, théâtral ou musical qu’elle partage en harmonie avec la nature et le public…

Dans « Impulso », les chorégraphies spectaculaires d’avant-garde de danseur de flamenco Rocio Molina poussent aux frontières de danse et les arts visuels. La star de la danse de flamenco, Rocío Molina a introduit dans celui-ci un langage nouveau. Comme elle le déclare : « le monde flamenco est un concentré d’un monde riche de savoirs, avec des fenêtres fermées. Nous sommes quelques-uns à mettre la tête à la fenêtre » affirme-t-elle. N’hésitant pas par exemple à danser avec une bouteille de vin au pied, Rocío Molina s’attaque également dans une de ses compositions, « Bosque Ardora » à des thèmes tels que la chasse et de la guerre. Nous la suivons, parcourir le monde pour exécuter son « impulso« ,  en partie improvisé aux lieux inhabituels comme des musées modernes d’art. Ce bio-doc suit Molina dans les mois menant jusqu’à un nouveau spectacle(salon) au Théâtre national Chaillot à Paris.

Car Rocia Molina sait jouer aussi avec l’image traditionnelle de la danseuse de flamenco ressortant opportunément l’éventail, le châle ou la fameuse bata de cola, ou traje de flamenca, cette traîne à volants dont elle parle en ces termes : « C’est une prolongation de mon corps et une arme pour la femme. Elle donne du pouvoir tout en étant belle et poétique ». Dans ce documentaire exceptionnel sur la danse,  les répétitions et des performances s’alternent avec des entretiens(interviews) avec des membres de la famille, des amis, des collègues et des musiciens d’accompagnement. Sa mère explique comment comme une fille petite et quelque peu trapue portant une panoplie de ballet  rose, Molina s’est trouvée à Madrid entourée par des danseurs de flamenco élégants parés dans les costumes noirs plus traditionnels.


Mais de là elle s’est rapidement levée au sommet de sa profession. Molina veut donner au flamenco un sentiment de l’urgence contemporaine.
Elle porte l’enveloppe en plastique plutôt que la robe volumineuse, tachetée classique, comme elle tamponne et balance sa façon à travers le plancher d’étape comme un insecte géant. Ce danseur puissant exsude une créativité tout à fait originale et une énergie infectieuse dans les performances qui donnent le conduit plein au pouvoir principal de flamenco.

« Impulso » est à retrouver en salle le 10 octobre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *