« Chante ton bac d’abord » de David André, en salle à ne pas manquer!

ChantetonbacdabordPour ceux qui ont raté la diffusion du documentaire  » Chante ton bac d’abord » de David André produit par Brother Films (Emmanuel François) voici l’occasion de se rattraper avec la sortie salle de ce film formidable consacré à une bande de copains de dix sept ans. A Boulogne sur mer, dans cette ville touchée par la désindustrialisation,  leur histoire  via des chansons. Imaginées par les adolescents, mises en musique, en paroles et en images par l’équipe du film, elles font basculer le propos réaliste du film dans la magie, dans l’humour et dans le rêve là où on ne l’attendait plus.

la-vie-apres-chante-ton-bac-d-abord,M172991Dans cette ville au ciel lourd et lumineux du nord de la France, des adolescents révisent le bac. Il s’appellent Gaëlle, Rachelle, Caroline, Nicolas et Alex, leur univers adolescent, auquel s’oppose celui de leurs parents, est porté par des «chansons du réel», de petites pages enchantées dans un monde désenchanté  qui révèlent leurs espoirs et leurs doutes que la crise remet en cause. Ces 11 titres écrits par David André à partir des textes des jeunes intervenants s’avère le mode d’expression intime, suggestif et propice à une liberté de sentiments rarement vus.

chante-ton-bac-d-abordUne fois les présentations faites. Ils appartiennent tous à la classe moyenne et ouvrière du nord. Gaëlle veut entrer dans une école d’art, tandis que Caroline cherche sa voix, Nicolas est solitaire, Rachel sa copine est l’intello du groupe, et Alex joue dans un groupe de rock avec son père fan des Clash. Le réalisateur laisse progressivement découvrir les failles de chacun sans leur donner une dimension trop simpliste. Après tout, tout reste toujours possible. Le groupe , l’amitié entre les intervenants, est abordée comme vitale, on se construit, avec les critiques, les discussions, et les résonances des uns contre les autres comme des échos contre lesquels chacun grandit.

12092014163214_bPari réussi et impossible, du renouveau d’un genre. « Chante ton bac d’abord » enchante et surprend.  Fin de l’adolescence, peur de l’avenir, société en crise, et des rêves encore et toujours, on en sort enchanté, désorienté mais jamais résigné.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *