« La Chambre des merveilles » est à suivre sur Arte VOD

Retrouvez « La chambre des merveilles » de Frédérique Zepter , produit par Filmica (Jean-Claude Baumerder) et post produit par Highfun, sur Arte en VOD. Planisphères, globes célestes, bijoux, coquillages, pierres précieuses, minéraux et statues, mais aussi gravures, dessins, peintures… Ce film nous invite à revivre l’histoire fantastique des cabinets de curiosités, nés à la Renaissance et ancêtres du musée, pour lesquels s’exprime aujourd’hui un engouement certain.

jpgLe cabinet de curiosités, lieu d’érudition et de magie du temps des rois et des princes épris de collections baroques, est revenu en force depuis quelques années. Il s’invite partout: dans les expositions, magazines, musées, et influence les artistes contemporains. Que se cache-t-il derrière ce portrait, ce paysage, cette porte, cet instrument servant à regarder les étoiles? Plus que les objets eux -mêmes, ce sont les mondes qu’ils contiennent, un peu à la manière de poupées russes, que nous allons découvrir dans ce voyage à travers des lieux qui ont traversé le temps, ressurgissant de façon spectaculaire à l’époque moderne. A quoi est dû cet engouement mondial ?

chambre des merveilles.jpgDerrière une porte dérobée, au fond d’un tiroir, au bas d’un escalier en hélice, derrière une fenêtre; qu’ils soient réels ou qu’ils fassent partie d’une peinture, d’une gravure, d’un trompe l’œil, nous pénétrons vers un autre pays, une autre époque, une autre disposition spatiale. Les intervenants (universitaires, collectionneurs, historiens) viennent ponctuellement décrire l’épopée des cabinets princiers en Europe : leur grandeur et leur déclin, et l’improbable résurrection de ces collections dans les temps modernes. Une voix-off accompagne cette promenade, l’humanise et permet de mieux comprendre les enjeux qui se jouent à la cour des grands, dans cette surenchère artistique qui enfièvre l’Europe d’alors.
la-chambre-des-merveillesDans chaque décor, des objets, des peintures, des éléments présents se métamorphosent pour cheminer entre les lieux et les époques, en faisant appel aux nouvelles technologie de l’image : plongées dans les matières, traversées de tableaux et de gravures, glissements au travers d’une fenêtre peinte ou au fond d’un tiroir… Les mappemondes situent les lieux et les horloges marquent le temps. La bande sonore illustre ce qui est « caché » dans chaque objet, chaque lieu. La rumeur peut parvenir d’un tableau (brouhaha des visiteurs, horloges qui fragmentent le temps, portes qui claquent). Ou alors de la nature derrière les objets, bruit d’oiseaux, de vent. Une partition qui mêle étrangeté et mystère.